Les Chevaliers d'Émeraude

Les chevaliers d'Émeraude...
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Aie...Decidement, c'est pas son jour...(Ciarialla)

Aller en bas 
AuteurMessage
Eirian
Écuyer d'Émeraude 2e génération
avatar

Nombre de messages : 24
Age : 23
Localisation : Là où il y a du bruit
Emploi : Ecuyère
Date d'inscription : 30/12/2007

MessageSujet: Aie...Decidement, c'est pas son jour...(Ciarialla)   Mar 8 Jan - 3:07

Une forme se mouvait sur les murs de la chapelle. La forme arrivait au plafond, de longs doigts fins couraient sur le mur de pierre. Ses oreilles immenses étaient couchées sur son gigantesque crâne…Cette forme, l’ombre de la jeune Eirian, tremblait. La chandelle que l’Elfe tenait du bout des doigts manquait de tomber à chaque pas de Rian. Dans son empressement, la jeune fille n’avait pas pris de bougeoir, et la cire qui coulait s’approcher dangereusement près de ses mains fines au goût d’Eirian. Mais personne ne devait savoir ce qu’elle faisait, et personne ne devait la voir. Ses traits crispés par la douleur qui lui scindait le dos, l’Elfe alluma un peu d’encens sur certains des autels, Elfes et Fées.

- S’il vous plaît… ne me faites pas trop souffrir…Et je vous en supplie, faites que Tyara ne se réveille pas !

La cire coulait et la main d’Eirian entra bientôt en contact avec le liquide brûlant. Elle étouffa un cri de douleur dans sa main libre et se mordit les lèvres en essayant de trouver de quoi essuyer sa main tandis que la coulée de cire continuait de brûler sa peau presque blanche…Ne trouvant rien, elle déchira une de ses manches, en pensant aux merveilles de couture qu’elle devrait opérer pour la remettre en état, et essuya sa main dans un soupir douloureux, son visage grimaçant sous la double douleur. Si Tyara, la chef des Chevaliers, apprenait ce qu’elle faisait, elle serait sans doute rejetée de l’ordre. Et malgré ce que la jeune Elfe disait, elle ne voulait presque plus rentrer… Elle observa silencieusement son reflet sur une fenêtre en gémissant faiblement, la bougie posée à même le sol à ses côtés. Elle n’avait pas fière allure, ses fins cheveux blonds plaqués contre son visage par la sueur, le visage rouge de douleur, la respiration haletante, sa robe déchirée, ainsi qu’une brûlure semblant définitive sur le bras. Ah. Et nul n’oubliais ce qui allais se passer. Il faisait chaud, dans cette chapelle, non ? Et puis d’où venait la douleur dans son dos ? Ah oui. De son père. Elle tremblait de plus en plus, se crispait de plus en plus, se retenait de plus en plus de hurler…Elle se laissa tomber par terre. Elle avait presque du ramper pour arriver à la chapelle, même si l’écurie était sa destination principale, elle n’avait pu aller plus loin. Elle se traîna jusque dans un coin de la pièce derrière une statue. Elle tomba en avant. 5…4…3…2 …1…Sa peau se déchira et elle ne pu étouffer une plainte de douleur…1…2…3…4…5…des pas approchait…

- Oh non…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.helltyl.aceboard.fr
Ciarialla
Apprentie magicienne
avatar

Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 02/01/2008

MessageSujet: Re: Aie...Decidement, c'est pas son jour...(Ciarialla)   Sam 12 Jan - 11:46

Une journée de plus... Une journée de moins... Ca y était... Les Chevaliers d'Emeraude avaient maintenant chacun leur écuyer. Ils s'éloignaient encore un peu plus d'elle. Non qu'ils aient jamais étaient très proches... Même du temps où elle n'était comme eux qu'une simple élève, elle n'avait jamais réussi à se lier véritablement à ses condisciples. A présent, ils s'installaient dans leur vie de Chevaliers -et c'était tout le mal qu'elle pouvait leur souhaiter- tandis qu'elle même continuait son apprentissage. Elle ne s'en plaignait certes pas! Se plaindre n'était pas son genre. Et ces pensées qu'elle se niait à elle-même avoir, Ciarialla ne songeait pas même à s'y arrêter le temps de se lamenter ou de pleurer... De toutes façons, elle ne pleurait pas. Pourtant... se fut-elle autorisée à y penser, à y réfléchir... oui... peut-être cette solitude commençait-elle un peu à lui peser. Mais là encore, elle se serait fait couper un bras plutôt que d'envisager l'éventualité de penser en ces termes!
L’apprentie magicienne secoua la tête. Elle s’égarait... Et sur des chemins qu’elle se refusait à explorer. Il était tard, et si Ciarialla n’avait acquis très tôt la faculté de se déplacer en silence, ses pas se seraient entendus à travers tout le château. Seul bruissait entre les murs du couloir désert le bas de sa jupe ouverte qui effleurait le sol au rythme de ses pas. Les lieux était sombre mais rien d’insurmontable pour qui vivait ici depuis plus de douze ans. Elle venait de passer de longues heures dans la bibliothèque à étudier d’obscurs grimoires dont on avait oublié jusqu’à l’existence. C’était ce qu’elle appelait les travaux dirigés. Dirigés par elle bien sûre. En l’absence de son maître, elle devait bien trouver à s’occuper... et le travail qu’il lui donnait ne suffisant jamais, la jeune fille cherchait donc à apprendre de son côté, faisant appel aux ressources à sa portée dont la bibliothèque n’était pas des moindres.
Elle repoussa de sa main gantée une longue mèche qui lui caressait la joue et la amena avec le reste de la masse qui avait finalement réussi son entreprise de rébellion en finissant cette journée dans un imbroglio dont on pouvait se demander comment il tenait encore... enfin si l’on pouvait appeler ça tenir quand ses mèches noires que la lumières des torchères teintaient de rouge, s’échappaient du fragile échafaudage pour venir encadrer follement son visage. Une traînée de poussière récoltée dans ses activités de la journée maculait sa joue. Le regard s’égarant tantôt sur les pierres qu’elle foulait, tantôt sur le paysage qu’elle parvenait parfois à entrevoir par les fenêtres, Ciarialla se dirigeait machinalement vers sa chambre. Non qu’elle ait particulièrement sommeil, mais qu’aurait-elle fait d’autre ? Elle trouverait bien à s’occuper si le sommeil la fuyait.
Elle n’atteignit pas la tour où elle résidait –enfin pas à ce moment là. Elle avait entendu un bruit, comme un cri étouffé... puis un bruit de tissu qu’on déchire. Peut-être rêvait-elle... Mais ça ne coûtait rien de vérifier, non ? Le bruit venait de la chapelle... Elle serait peut-être de trop.... Elle hésita un instant sur le seuil. Une respiration haletante résonnait dans la pièce, et Ciarialla était certaine de ne rien imaginer. Elle s’avança. Plus loin, la lueur tremblotante d’une bougie semblait lui indiquer la direction à suivre... Là bas... derrière cette statue.... Une plainte résonna encore... Elle contourna la statue. Oh oh. Ou « oh non » comme le disait la jeune écuyère. Car c’était elle. Eirian, la princesse elfe, écuyère de Tyara. Ciarialla avait beau vivre en retrait, elle n’en connaissait pas moi chaque habitant du château...


- Ca ne va pas ?

Question stupide, elle le réalisa comme les mots passaient ses lèvres. Elle s’agenouilla près de l’Elfe. Ce qu’elle avait vu, si elle l’avait bien compris, annonçait certaines complications. Ciarialla se mordillait la lèvre inférieure.

- Je vais chercher de l’aide.

Sitôt dit, elle se releva dans la nette attention de s’exécuter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eirian
Écuyer d'Émeraude 2e génération
avatar

Nombre de messages : 24
Age : 23
Localisation : Là où il y a du bruit
Emploi : Ecuyère
Date d'inscription : 30/12/2007

MessageSujet: Re: Aie...Decidement, c'est pas son jour...(Ciarialla)   Sam 8 Mar - 1:12

La Demie Elfe détailla ce qui maculait le sol autour d’elle…des larmes…du sang…de l’encens…de la cire…le tissu rouge de sa robe déchirée…le tissu vert de…LE TISSU VERT DE QUOI ? ! Elle sursauta. Oh non ! un garde était là ! Où pire ! l’un des chevaliers ! Elle serra les poings et redressa la tête. Eirian fut surprise de ne pas reconnaître tout de suite la personne face à elle. Ce n’était pas un garde, ca se voyait. Ce n’était pas non plus un chevalier, elle l’aurait reconnue…Oui ! l’apprentie du magicien ! Elle l’avait remarquée lors d’une de ses excursions pendant les heures de repos. La jeune femme étudiait beaucoup, souriait de temps en temps, soupirait parfois…bref, vivait sa vie loin des autres…Mais elle respirait la bienveillance. Et Eiri comprenait parfaitement que vu la situation, toute personne normalement constituée aille prévenir quelqu’un…Sauf qu’il fallait éviter. Parce qu’Eirian le savait bien, elle ne pouvait pas garder ses ailes. Elle s’accrocha à la robe de Ciarialla, la faisant trébuchée…
En réponse à la question de la jeune femme, elle ne répondit…qu’un soufflement rauque.

- S’il vous plaît…Ne dites rien…On va me les retirer, sinon, vous comprenez ?
Elle se sentait pitoyable. Mais elle devait s’assurer que la jeune femme n’aille prévenir quelqu’un.

- Je ne pourrais pas le supporter, sinon…
Son regard se fit implorant. Sans desserrer sa main de la robe verte, elle attendait la réponse de Ciarialla, se préparant à riposter…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.helltyl.aceboard.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aie...Decidement, c'est pas son jour...(Ciarialla)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aie...Decidement, c'est pas son jour...(Ciarialla)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS
» HOROSCOPES DU JOUR
» Infos françaises du jour (prédictions) :
» mise a jour de la beta test
» Discours du premier ministre Alexis(jour des aïeux)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chevaliers d'Émeraude :: Chateau d'Émeraude :: Chapelle-
Sauter vers: